Contact

delphine.champy@yahoo.com

+33(0)641344801

France

Un Autre Monde films

IT TURNS IN TUNIS / 3.45 min : https://vimeo.com/delphinechampy/turnintunis

 
 
Dossier complet  : delphine.champy@yahoo.com
 

Om Angelo, quand l'art et l'économie s'entendent depuis 40 ans

Synopsis

Le spectateur découvrira la vie d’un village en Egypte rythmée par la poterie et le tourisme, éclairé par un jeune potier têtu et mon oeil de fille de céramistes convaincue que le mode de vie des potiers a des choses à dire à l’avenir de la planète : une invitation à comprendre comment l’émancipation économique de cet oasis qui n’avait ni eau courante ni électricité en 1980 fut possible. Il était une fois deux céramistes suisses qui s’installèrent avec leurs enfants blonds comme le blé dans le désert …

Intentions ( Extrait )
DOSSIER COMPLET SUR DEMANDE delphine.champy@yahoo.com
 
Toutes les grandes personnes ont d’abord été des enfants. 
Mais peu d’entre elles s’en souviennent.   Antoine de Saint-Exupéry

 
 

Cette citation extraite du Petit Prince nous guidera fortement pour réaliser ce film. La créativité instinctive de l’enfance représente en effet ce « ciment » invisible en lequel Om Angelo et Michel Pastore ont investi comme dans une matière constructive.

Om Angelo, l’art de l’enfance  est un projet né de mon désir de prolonger ma réflexion commencée en 2018, en réalisant trois films autour de la céramique. Je souhaite à l’heure actuelle, grâce à ce film, partager ma conviction que le monde des céramistes repose sur des valeurs saines et constructives pour l’avenir du bonheur des hommes, un univers où la notion de travail implique que l’on a pas envie de le quitter. Ce projet de film est un documentaire de création. Quelques scènes sont imaginées dans le but de ne pas répondre à cette histoire exceptionnelle par un reportage ordinaire et se préserver de tomber dans le cliché du bonheur parfait dans l’’oasis ! La poésie du village de Tounès est vivante, et grandiose dans le désert du Fayoum. Des débris de poterie millénaires  jonchent dans le sable, rappelant que le lien de la céramique et de l’homme est ancestral. Les détails de ces pièces de poterie utiles ou simplement belles, leur décoration naïve et leurs formes, illustrent le décor rural de cette fabuleuse histoire. Les filmer de près s’imposera, comme un zoom du reflet de l’âme vivante de ces potiers et potières qui entretiennent avec art l’imagination de l’enfance. Elle est la source précieuse de cette aventure, un trésor que l’on ne peut ni confisquer ni interdire. C’est elle qui a ouvert la voie à ce style unique et naïf de la poterie du Tounès qui attire depuis plus de quarante ans les touristes du monde entier.

                                          

 Repérage (Octobre 2021 et mars 2022 ) 

Les personnages

L'Ecole de Poterie du Fayoum

Tounès ( Divers )

Graffitis de rue à Tounès 

Genèse

Deux céramistes suisses, Evelyne Porret et Michel Pastore, déjà reconnus en France dans le monde de la céramique contemporaine, ont eu l’audace dans les années 80 de quitter l’Anjou pour s’installer dans le désert en Egypte avec leurs jeunes enfants dans le village de Tounès, à environ 150 kms du Caire. A cette époque, le village n’a encore ni eau ni électricité et la vie est plus proche des bédouins que de la société moderne. 
Evelyne avait travaillé dans les années 60 avec Ramsès Wissa Wassef, un architecte égyptien qui a crée une école de tapisserie près des pyramides. Sa conviction que tous les enfants ont un sens artistique naturel l’amène à faire confiance aux jeunes en les laissant libres de tisser ce qu’il veulent sur les métiers de haute lisse, semblables aux métiers pharaoniques. Inspirée par la réussite de cette démarche, elle rêve de l’appliquer à son tour dans la création d’une école de poterie. Très vite, A Tounès, Evelyne Porret repère l’inventivité et la créativité naturelle des enfants qui sculptent dans la boue locale des petits animaux ou autres sujets inspirés de la vie agricole.

L’Ecole de Poterie du Fayoum est en grande partie le fruit du travail qu’Evelyne Porret, appelée au village Om Angelo (la mère d’Angelo) a suivi et encouragé jour après jour, pendant presque quarante ans. Michel Pastore, en parallèle de sa vie de styliste au Caire, signe en quelque sorte le concept général du projet, et l’accompagnera dans son évolution. Très vite, dans la capitale, son entreprise (Nagada) lui dédie un espace privilégié permanent qui expose et vend le travail des élèves. 

Peu à peu, dans le village de Tounès, le tourisme généré par la poterie artisanale fabriquée sous les yeux des visiteurs a entraîné la construction de nombreux hôtels et restaurants dans cet oasis paradisiaque. Depuis, ce  village exceptionnel a attiré d’autres artistes, et des maisons secondaires. En juin 2021, Evelyne Porret nous quitte pour toujours, et le village accompagne jusqu’à sa dernière demeure, celle qu’ils nomment tous « Om Angelo », la mère d’Angelo. Angelo Pastore assure désormais la direction de l’Ecole, assumant comme Evelyne une proximité directe et quotidienne avec les élèves. Aujourd’hui, le village peut compter plus de trente-deux « ateliers-boutiques » qui illustreront parfaitement le succès de cette école unique au monde ! 
 
Michel Pastore chaque semaine se rend au village. Son atelier l’y attend, sans pression, ainsi que sa chambre tranquille en bois située au fond de la propriété devenue paradisiaque, derrière une petite pièce d’eau fréquentée par de jolis oiseaux.
 

Plus d'infos sur demande!

 

Service simple et gratuit

Je crée mon site
Créer un site avec